La fascination

Par Gaétan Dubé

 

En quoi la fascination ou son contraire exerce-t-elle un frein dans l’investigation du réel en soi et dans la reconnaissance du réel dans l’autre?

 

En quoi ces deux attitudes psychologiques viennent faire ombrage à l'étude du réel, autant à l'intérieur de soi ou dans l' individu avec lequel on communique?

 

En ce qui a trait au ralentissement de l’énergie en soi via la fascination, ça nous semble plus évident. Cependant, si on regarde son contraire en polarité, cette réserve constante que l’individu se donne (une méfiance psychologique), ce bras de distance qu’il se donne à outrance vis-à-vis l’événement ou l’idée (pour toutes sortes de bonnes raisons) peut refléter une forme d’inertie engendrée dans la personnalité qui a  le même effet que la fascination. C'est comme douter  de son intelligence  ou de mettre en quarantaine sa capacité réelle de s’exposer à la vie. Comment mesurer ce réel en soi sinon en nous exposant à la vie. La crainte est le dénominateur commun de l’influence astrale.

 

Qu’est ce qui nous empêche de nous exposer à la vie si l’homme est en puissance.

 

Have a coffee with the devil

 

                                                                   

                                                       20 février 2008

                                             dubegaetan@videotron.ca

                                                            Skype: odyssee57